Le sous-sol de Dostoïevski

Son sous-sol, cela doit être sa folie. Il l’annonce à sa manière dans la première partie.

Assez abscons à comprendre bien évidemment, car comment accorder le statut de fou à notre héros qui annonce de but en blanc être un méchant.

Puis tout de même, il revient sur ses mots, donne exemples et contre exemples, se relève et s’enfonce. Il nous torture, certes infiniment moins que ce qu’il s’inflige.

Tout se même, qui est-il et que veut-il ? Que cherche t-il à prouver ? Car on en est bien là, il se cherche, nous cherche, quoi ?

Pour le comprendre il faudra lire ce texte en plusieurs actes, jusqu’à la dernière page, qui subjugue l’œuvre.

Cela est-il théâtral ? Peut-être, la pseudo tragédie d’une chute sans fond, dont il choit un peu plus à chaque acte, et au delà du baisser de rideau.

Un mindset – comme l’on dirait aujourd’hui – qui vire au romantisme dramatique.

Son intelligence supérieur qui le pousse à amener chaque protagoniste à la rupture… ou bien à donner à chacun le répondant qui l’entraînera encore plus au fond de son trou.

Une pure course à la folie pour lui qui pense, qui dit « Aimer c’est tyranniser et dominer moralement ».

Tout en imposant un point point final au lecteur – mais pas à sa folie – il se satisfait de sa tirade sur l’utilité de l’offense et de la haine :

« …ne vaut-il pas mieux qu’elle emporte cette offense avec elle ? Une offense ? Cela purifie ; c’est le sentiment le plus amer, le plus douloureux. Moi, j’aurais certainement sali dès demain son âme et chargé son cœur d’un lourd poids. Tandis que jamais elle n’oubliera son offense, qui demeurera toujours vivante. »

« Si affreuse que soit la boue qui l’attende, l’offense l’élèvera et la purifiera… par la haine… Hum !… et peut-être aussi… par le pardon… Mais tout cela lui rendra-t-il la vie plus facile ? »

« En effet, je me pose aujourd’hui cette question bien oiseuse. Qu’est-ce qui est préférable : un bonheur vulgaire ou des souffrances élevées ? Dites-moi un peu ce qui vaut mieux ! »

Extrait de l’ouvrage

Bonne lecture

Leave Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.