Le projet débute par une phase d’analyse des enjeux

Objectifs

Dans le cadre d’une fin de contrat avec la société éditrice de leur outil de géomarketing, mon client souhaite lancer un appel d’offre pour analyser la qualité des offres concurrentes.

Le projet porte sur trois aspects clés :

  • La modernisation du socle cartographique SIG -> socle, cartes, fonctionnalités d’analyse, reporting,
  • l’exploitation des données propres à son CRM et outils de caisse -> couches de données interfacées avec des outils internes,
  • l’intégration de bases de connaissances clients produites par des organismes externes -> injection de données externes mises à jour semestriellement et annuellement.

Il convient également de mutualiser ce socle cartographique de mon commanditaire avec ceux d’autres entités du groupe, ce qui sera finalement abandonné à la suite de l’analyse des réponses à l’appel d’offre :

  • un service retail grand public,
  • un service de supply chain de matières transformées.

Défauts du système actuel

Chaque service emploi ses propres outils cartographiques :

  • il n’existe pas de socle commun,
  • le partage et l’échange de données est limité.

Certaines fonctionnalités sont manquantes, notamment :

  • l’affectation en masse de coordonnées géographiques à des adresses,
  • la visualisation de cartes détaillées hors France, notamment pour le l’Amérique du sud et l’Asie du sud-est.

Pour le reste, les solutions actuelles permettent de couvrir efficacement les périmètres métier.

Mise en concurrence

L’analyse concurrentielle du marché portera notamment sur :

  • les fonctionnalités des outils du marché,
  • un challenge sur le coût global des solutions,
  • la capacité des éditeurs à se démarquer.

La rédaction d’un cahier des charges commun à plusieurs services

Les besoins

Les métiers des entités concernées par ce cahier des charges ont des finalités différentes, ce qui nous amène à distinguer les besoins en trois parties :

Les Exigences du socle commun – géomarketing du pôle GP et supply chain – qui portent sur

  • les cartes européennes,
  • la traduction d’une base de données en représentation cartographique (géocodage et affectation de données aux briques géographiques).
  • la sectorisation avec l’isochronie (points accessibles en un temps donné), l’isodistance (distance à vol d’oiseau), les imports de données et les ajustements à l’écran,
  • l’export de données dans des tableaux de bord et vers des outils de BI.

L’activité de géomarketing du pôle GP doit disposer spécifiquement

  • de couches de données métier (base des clients, des ventes…) et externes (données Insee et institutionnelles, achats de bases de données de la concurrence, packs de données propriétaires de l’éditeur…).

L’activité de supply chain doit disposer spécifiquement

  • de cartes de certains pays où toutes les routes ne sont pas en mesure de laisser circuler des camions,
  • de fonctionnalité de gestion des tournées à partir de distanciers (Indicateur de distances paramétrables),
  • de fonctionnalité d’analyses et de représentation des flux de marchandises.

Le Périmètre utilisateurs

Le projet initial porte sur 5 à 10 experts et 20 à 30 opérationnels.

Deux grandes catégories d’utilisateurs sont identifiées

  • les experts, chargés d’études, qui doivent être à même de travailler sur le paramétrage, l’intégration et la manipulation de données dans le système ainsi que de restituer des rapports complexes,
  • les opérationnels regroupent les utilisateurs métier intéressés essentiellement par la restitution de données : responsables commerciaux, directeurs et chefs de régions.

Identification des fonctionnalités et rédaction des exigences

Macro fonctionnalités attendues par les services
Fonctionnalités cartographiques
Fonctionnalités sur les données

Il résulte des ateliers quatre-vingt-dix exigences et sous exigences :

  • une soixantaine sur la cartographie,
  • une dizaine sur les couches de données,
  • une dizaine sur l’exploitation des données par reporting,
  • une dizaine sur le respect de normes techniques propre au SI de mon client.

Sommaire du cahier des charges avant sa transformation par les achats pour soumission en appel d’offre :


Phase projet

La phase de business analyse a duré six mois, suivie d’un appel d’offre et d’une contractualisation sous trois mois.

J’ai ensuite participé à la gestion sur la réalisation de la solution. Il fallut six mois à compter du premier atelier pour assurer la mise en service auprès des principaux utilisateurs.